Roland Shon - Théâtrenciel

Bas

Jouer ! C'est ce qui lui importe ! Jouer de la voix, du corps, de la musique, du silence, de l'accident révélateur. Jouer de la scène (même si ce n'est pas celle d'un théâtre), pour en faire le lieu des mystères partagés. Jouer avec le public pour lui faire quitter l'égoïsme de son fauteuil, l'enjouer.

Roland Shön a joué et joue dans presque toutes les créations du Théâtrenciel. Mais il a aussi réalisé des mises en scène. Ainsi : en 2003,LECIRQLE, spectacle de la 15ème promotion du Centre National des Arts du Cirque de Châlon en Champagne ; en 2007, L'HOMME QUI FAIT LE SOLEIL, avec des étudiants de le promotion 2005-2008 de l'Ecole Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette de Charleville Mézières ; en 20O9 OU' de Aurélie de Cazanove.

Bricoler avec le bois, le fer, la ficelle, le plastique, la plume, le papier, les clous. Peindre, dessiner, assembler, filmer. Pour faire des marionnettes, des objets non identifiables, des ombres, des machines à images, des films vidéos en se souvenant de la recommandation de Kurt Schwitters : jouer avec les choses jusqu'à ce qu'elles forment une 'uvre d'art. Pour faire un théâtre par objets interposés, où il ne sont plus accessoires mais partenaires de l'acteur.

Roland Shön est un explorateur de l'imaginaire. Qu'on le dise marionnettiste, plasticien, comédien ne change rien à l'affaire. Dans d'autres pays, on l'appellerait attrapeur ou distributeur de rêves. Avec lui tout est possible. Depuis plus de vingt ans qu'il a fondé sa compagnie du Théâtrenciel, inclassable, il entend bien le rester. Les étiquettes ne sont pas pour lui.
Didier Méreuze, La Croix, janvier 2003

C'est vers un théâtre «autre» que Roland Shön navigue, un théâtre sans limites, qu'il explore aux confins des rêves et de l'inconscient. Sorcier animiste, ethnologue de l'imaginaire, accoucheur de pays étranges, qui est-il ' Résistant à toute hiérarchie, il met son jeu, son humour et son inventivité au service d'une conviction, celle de faire vivre à ceux qui l'écoutent le plaisir de percevoir la réalité d'autres possibles, oubliée ou effacée. Zigzaguant d'une expression à l'autre, par assemblage, collage ou associations d'idées, Roland Shön dessine un théâtre qui emprunte des chemins de traverse pour ne jamais se laisser enfermer.
Dominique Duthuit, Mouvement, septembre 2009.

Le fondateur de la compagnie Théâtrenciel, Roland Shön, est une espèce de polyglotte de l'art, un homme-orchestre de la scène. Il puise dans le théâtre, la peinture, l'écriture, la sculpture, la marionnette, le théâtre d'ombres et d'objets, l'art du clown et du bonimenteur aussi, pour façonner un théâtre ingénieux où la fantaisie et la poésie sont reines' »
Naly Gérard, OMNI, journal du Théâtre de la Marionnette à Paris, janvier 2010.

voir la vidéo
Haut